L’hébergement informatique : à quoi cela consiste ?

De nos jours, la recherche d’agilité et de mobilité ont conduit les entreprises à se tourner vers le système informatique. Avec l’évolution technologique, elles ont besoin de l’informatique pour archiver leurs données, pour se communiquer, voire se développer (e-marketing). Cette tendance a augmenté significativement le volume des données virtuelles impliquant ainsi la nécessité d’un dispositif de sauvegarde comme les fameux « serveurs ». Grâce à l’hébergement informatique, ces derniers permettent aux entreprises de stocker, d’utiliser et d’actualiser toutes les informations qui y sont hébergées sans compromettre les activités de l’ensemble des utilisateurs. Ainsi, ce système est primordial puisqu’il préserve les richesses commerciales des sociétés.

Comment choisir son hébergeur ?

Si les décisions relatives aux techniques incombent à la direction informatique, la conclusion des contrats quant à elle, est sous la responsabilité des dirigeants. Cela implique qu’avant de recourir à l’hébergement informatique, ces derniers sont tenus d’analyser certains critères. Tout d’abord, il est essentiel de connaître le propriétaire du serveur, ses clients responsables de votre système numérique et les conditions d’hébergement qu’il impose dans le contrat. À part, il faut éviter toute forme d’intermédiation, c’est-à-dire, il est préférable d’entrer en relation directe avec l’hébergeur plutôt qu’avec son éditeur de logiciel ou son webmarketing. Toutes ces mesures doivent être prises pour avoir le contrôle de son propre serveur, pour faciliter l’accès aux données, pour sécuriser la sauvegarde des informations et pour réduire le nombre d’intervenants indésirables.

Des pièges à échapper

Plusieurs contrats liés à l’hébergement informatique sont établis au profit de l’hébergeur. Dans la majorité des cas, on constate que l’entreprise n’a pas son mot à dire sur les conditions imposées. A titre d’illustration, nous pouvons mentionner le passage sur les limites de la garantie. Le plus souvent, celles-ci stipulent que le dédommagement est plafonné, notamment, il ne doit dépasser un tel pourcentage fixé en fonction d’un tel prix de service. Or, la défaillance du système d’hébergement peut engendrer des dommages plus importants pouvant emmener à la cessation d’activité de l’entreprise. Ainsi, la garantie ne couvre pas vraiment les pertes.

Les précautions à prendre

Avant de conclure un contrat d’hébergement informatique, il est primordial d’étudier les risques encourus afin de trouver un point d’entente en termes d’avantage. Puis, il faut « avoir la main sur les serveurs », c’est-à-dire, vous devez avoir le contrôle sur l’archivage et sur le fonctionnement des autres opérations. Ainsi, en cas d’incidence malencontreuse, vous aurez la possibilité d’agir en temps réel.