La sécurité informatique, non négligée par l’Union européenne

Pendant que le Parlement Européen se focalise sur son budget 2017, l’Union Européenne, elle, se penche sur un problème qu’elle juge plus grave, la sécurité informatique et aux logiciels libres. Selon certains, ce domaine serait négligé par les entreprises françaises, l’UE ne l’entend pas de cette oreille. En effet, elle a été récemment victime d’une attaque DDoS qui a paralysé certains de ses services. Par conséquent, elle a décidé d’augmenter le budget destiné au développement de ces deux branches du secteur informatique. Sous l’impulsion de Marietje Schaake, une élue néerlandaise, cette institution a alloué 1.9 millions d’euros de plus pour la conduite de ces deux projets, à compter de 2017. Cette somme sera orientée vers la rémunération des développeurs afin d’améliorer les logiciels qu’utilisent aujourd’hui les équipes administratives auprès des différentes institutions européennes.

Confirmation du programme bug bounty

En plus de l’augmentation du budget, l’UE a pris une initiative plutôt inédite quant à l’identification rapide des éventuelles failles dans le système. En effet, l’institution est bien consciente que les réseaux à usage quotidien peuvent contenir des bugs divers et variés. Ainsi, l’UE offrira des primes à ceux ou celles qui identifieront des bugs et des failles dans les logiciels utilisés par les instances européennes. Cette motivation pourrait représenter une avancée non négligeable dans la sécurité informatique de la zone. De plus, elle a pour mérite de prouver que les décideurs politiques accordent de l’importance aux attaques informatiques. Selon le député Max Andersson, ce projet contribuera à soutenir les logiciels libres. Il démontre également une intention sincère des institutions européennes dans la lutte contre la cyber-attaque.