La flexibilité requise pour une sécurité informatique fiable

Pour toute entreprise, les valeurs de réussite d’une sécurité informatique reposent essentiellement sur deux éléments « la rentabilité et la sécurité ». Cependant, la conciliation de ces deux principes requiert une attention particulière. La gestion des risques est à prévoir durant la conclusion d’une affaire commerciale. En effet, la prise de décision est très importante car elle pourrait avantager les autres entreprises. Cela s’explique  par le fait de privilégier la rentabilité avant la sécurité.

Le principe de conformité a toujours été la base de la sécurité. Ainsi, la finalisation des accords commerciaux était fondée sur le recours à des  checks-lists de sécurité. En revanche, la preuve a été démontrée que le recours des organisations aux checks-lists ne garantit pas la sécurisation informatique. Les pertes de données remettent en cause la conformité. Peu à peu, le recours à d’autres pratiques sont adoptées par les entreprises pour pouvoir se protéger contre ce fléau. C’est dans cette optique que la priorisation des objectifs et des systèmes de sécurité demeure essentielles  pour plus de fiabilité.

L’harmonisation des ressources humaines et des ressources physiques

L’efficacité et la fiabilité d’une sécurité informatique nécessitent un investissement conséquent. Aussi, l’atteinte d’objectifs à long terme est remise en cause par les ressources humaines même si les investissements sont non-négligeables au niveau des ressources physiques. L’informatisation des systèmes permet une avancée technologique intéressante, les solutions de gestion permettent l’analyse statistique des données, la gestion des alertes, le feed-back aux dysfonctionnements de sécurité. Des tutoriels sont mis à la disposition des RH pour leur auto-formation. En effet, il est indispensable que les ressources humaines puissent être habilitées à manipuler correctement les ordinateurs pour éviter tout risque d’erreur informatique. Une distinction au niveau de la  répartition des taches doit-être effectuée entre les tâches informatisées et les tâches manuelles.

Afin de faciliter leur hiérarchisation et leur exécution, les tâches seront catégorisées. Dans les infrastructures, les  données informatiques et leurs processus, les systèmes informatiques, les serveurs et les réseaux doivent être protégés. La sécurité informatique ne prend plus en compte la gestion des codes d’accessibilité ni de l’identité, se traduisant par la l’utilisation du cloud et des smartphones. La base d’interface d’utilisateur sécurisée permet la reconnaissance de l’identité. Une gestion des droits de l’identité et l’accès est alors indispensable. Son actualisation suivant un critère comportemental est recommandé.