Focus sur le cloud computing

Littéralement, le cloud signifie « nuage » en français. Alors, dans le lexique de l’informatique, le cloud computing peut être traduit comme « informatique en nuage ». En effet, que ce soit pour les particuliers, les PME ou les grandes entreprises, c’est un moyen ingénu et intéressant pour avoir un accès à des ressources informatiques considérables à distance.

En d’autres termes, le cloud computing consiste à stocker des données ou des programmes sur internet à la place du disque dur de l’ordinateur. En clair, pour lancer une application ou stocker ses données, l’utilisateur se connecte à des serveurs qui font eux-mêmes le travail. Dans ce cas, l’ordinateur sert tout simplement de terminal permettant d’accéder à ces ressources. On peut comparer cette technologie à une sorte d’externalisation des serveurs. De ce fait, le concept de cloud computing se résume à un système dématérialisé en perpétuel mouvement.

Avantages du cloud computing

Il existe en effet de nombreux avantages dans l’utilisation de cette méthode.

  • Vous pouvez accéder aux mêmes ressources informatiques depuis plusieurs terminaux : (ordinateur, smartphone, tablette…)
  • Il n’est plus impératif de posséder un ordinateur plus puissant : les données stockées sont centralisées et accessibles partout. Elles sont ainsi faciles à sauvegarder et à partager.
  • Les ressources peuvent être adaptées à la demande : plusieurs serveurs peuvent se connecter entre eux pour délivrer plus de puissance, si besoin est.
  • La maintenance du système est facilitée : les mises à jour des logiciels sur le poste client sont gérées par le serveur.
  • Pour les professionnels, il n’est plus question de gérer un parc informatique qui demande plus de ressources humaines.
  • Coût relativement faible en termes de gain de temps

Quelques inconvénients

Le cloud computing présente toutefois quelques inconvénients non négligeables.

  • Puisque les applications et les données sont à portée de main via Internet, elles peuvent faire l’objet d’un acte de piratage informatique.
  • Pour les services cloud public, l’accès à ses propres données est payant contrairement à un stockage dit local (c’est-à-dire l’achat d’un disque dur pour un ordinateur).
  • En cas de problèmes d’accès au réseau, le terminal ne peut accéder aux applications.