Archive for Maintenance informatique

Les types de maintenance informatique pour une PME.

En quoi consiste une maintenance informatique ?

L’entretien régulier des matériels informatique représente un investissement informatique rentable pour les entreprises surtout les PME. L’opération consiste en une série d’interventions qui vise à prévenir les risques, à corriger les dysfonctionnements et à mettre à jour les systèmes suivant les avancées technologiques et logiciels.

La maintenance préventive

Pour ce type de maintenance informatique, le but est d’éviter l’apparition de problèmes ou de virus sur le matériel informatique. L’intervention peut également inclure un nettoyage des ordinateurs et une mise à jour de logiciels. Elle peut être réalisée d’une manière plus ou moins exhaustive pour les PME. Des supports externes tels que les CD Rom, disque dur externe et DVD sont alors utilisés pour sauvegarder les données des entreprises. La maintenance préventive vise également à optimiser l’efficacité des outils, du système et des principaux logiciels.

La maintenance curative

Ce type de maintenance informatique est nécessaire quand survient des pannes ou autres dysfonctionnements touchant le matériel informatique. Un professionnel compétent  doit d’abord procéder par une analyse des pannes. La résolution de problème plus grave peut aboutir à une intervention plus globale sur le système.

La maintenance évolutive

Tout comme l’entretien à caractère préventif, l’intervention consiste ici à anticiper les besoins des PME en matière de nouvelles technologies et les avancées en matière de logiciels. Ici, l’opération de maintenance informatique peut aboutir à une remise à niveau complète du système informatique. Par contre une intervention partielle peut être une réinstallation du système d’exploitation, des pilotes ou logiciels, une sécurisation de l’équipement ou un rétablissement des connexions réseau et Internet.

Maintenance informatique : le profil du bon technicien.

Les qualifications et les aptitudes.

En effet, le professionnel chargé de la maintenance informatique doit avoir des qualifications se rapportant à son domaine d’expertise. Un bac pro SEN (systèmes électroniques numériques) convient comme début de qualification. Une personne ayant le techno STI2D peut poursuivre pour l’obtention d’un BTS électronique, électrotechnique ou maintenance industrielle et d’un DUT en informatique ou en réseaux et télécommunications. En moyenne, il faut au moins un bac+2 pour assurer cette tache.  À ce stade, le technicien est apte à assurer l’entretien et la réparation des matériels informatiques. On peut également lui confier l’installation des nouveaux équipements et la formation des utilisateurs. Après plusieurs années d’expérience, il pourra devenir responsable du parc informatique dans un PME ou responsable de SAV dans un magasin de matériel informatique. Enfin, comme il peut être appelé pour former, le technicien doit avoir des qualités d’ordre relationnel et pédagogique.

Les prestations et leurs coûts.

On peut faire appel à un technicien de maintenance informatique pour une panne ou simplement pour une maintenance préventive. Pour une panne, il doit d’abord procéder par la détection de la panne en question puis par l’établissement d’un diagnostic. Matériels mal adaptés, dysfonctionnement, défiances des appareils….il doit pouvoir établir le diagnostic dans un bref délai car souvent il est appelé à intervenir dans un cas d’urgence. Il doit suivre de près l’évolution du secteur informatique et d’internet et intégrer les modes de fonctionnement de l’entreprise pour comprendre quels sont ses besoins avant l’achat ou le renouvellement du matériel. Dans le cas d’une mesure de prévention, le technicien  va installer des logiciels et de nouveaux matériels et assurer leurs mises à jour. Enfin, il prodiguera ses conseils  pour éviter d’éventuelles pannes qui  peuvent avoir de lourdes conséquences pour l’entreprise.

En général, les interventions de ces techniciens sont tarifées à l’heure. Il faut en moyenne moins de 70 euros HT pour la première heure d’intervention. Ce tarif varie suivant l’entreprise de dépannage informatique et le frais de déplacement  qui sera à la charge du client.

Maintenance informatique : le dépannage à distance est possible

La télémaintenance informatique

Grâce à des applications et des supports techniques efficaces, il est devenu possible de trouver facilement des solutions IT. La maintenance informatique peut en effet se faire à distance. Les techniciens répondront donc aux requêtes des entreprises clientes après avoir vérifié les détails du problème. Les opérations de dépannage se feront en ligne via des interfaces intuitives.

Quels avantages ?

Bien sûr, les problèmes peuvent survenir à tout moment et souvent le dépannage est tellement coûteux que les sociétés préfèrent régler leurs problèmes en interne. Le prix proposé inclut, dans la majorité des cas, les frais de déplacement. Grâce à une maintenance informatique à distance, les clients bénéficient d’une prestation à moindre coût. La disponibilité est aussi un problème quand il faut prendre rendez-vous avec un technicien et attendre des jours avant que les dysfonctionnements ne soient totalement réglés. Les dépannages en ligne sont toujours accessibles et procurent un gain de temps considérable. Il suffira que la société dispose d’une connexion et que les supports soient installés si elle désire avoir une assistance. Les directives de dépannages sont claires et ne nécessiteront aucun matériel sophistiqué.

Des solutions informatiques plus accessibles

Les sociétés n’ont pas toujours le temps de chercher une entreprise spécialisée et les solutions sont souvent complexes et nécessitent des montages difficiles. Mais avec à une maintenance informatique en ligne, toutes les démarches dans la résolution des problèmes sont bien détaillées. D’ailleurs, un logiciel de support technique sera suggéré pour plus de facilité. Il s’agit d’un outil utilisé par toutes les entreprises IT qui propose des services externalisés. En plus des dépannages, l’infogérance et la gestion des parcs informatiques peuvent aussi se faire à distance. Et puisque le Cloud est aujourd’hui la tendance en matière de sauvegarde informatique, les prestataires expérimentés s’assureront que ce type de technologie soit accessible à leur client. Enfin, la protection des données est essentielle et c’est pour cette raison que de nouveaux systèmes de sécurité seront aussi conseillés.

Maintenance informatique et environnement Cloud hybride, un partenariat de qualité

Apport positifs des environnements hybrides

Un environnement hybride peut profiter grandement à la maintenance informatique d’une entreprise. Cet espace de stockage permet de collecter et d’entreposer des informations classées confidentielles dans un environnement sécuritaire sur le site. En outre, les infrastructures hybrides sont économiques, ils permettent une réduction considérable de coûts. Cela dit, en déployant un environnement hybride, une entreprise fait 17% d’économie sur le budget informatique. En outre, l’évolution, le déploiement et la maintenance ne sont plus sujets à discussion, même pour une construction dans le Cloud.

Un service informatique performant pour un bon environnement Cloud hybride

Pour pouvoir accueillir convenablement cet environnement, le service de maintenance informatique devra cependant avoir un excellent niveau de performance et de gestion. Aussi, l’équipe devra surveiller activement l’infrastructure en commençant par le serveur et les applications, jusqu’aux réseaux sans fil. A cela, il est important d’établir un schéma intelligent pour surveiller facilement le trafic. Dans cette optique, l’automatisation de la collecte de journaux permet au service informatique de mieux analyser et identifier les données non autorisées pour les écarter au plus vite. Tout en menant des tests sur le réseau, l’équipe informatique sera en mesure d’analyser l’enregistrement de flux. De cette manière, elle pourra déterminer quelle application consomme le plus de bande passante. Cela peut contribuer à réduire les dépenses de l’entreprise. L’objectif du test serait aussi d’évaluer la capacité de l’entreprise à gérer les incidents liés à la sécurité de ses données.

Maintenance informatique : les utilités de l’analyse de données

Données, le trésor du 21e siècle ?

La maintenance informatique se trouve au cœur du développement d’une entreprise. Elle permet effectivement d’exploiter la puissance des données. Cette approche constituant le garant d’une compétitivité à toute épreuve permet entre autres d’évaluer sa performance. Les entreprises canadiennes sont les premières à partager cette vision. 43 % d’entre elles analyseraient notamment les données à des fins descriptives. 18 % utilise cette approche pour faire des diagnostiques informatiques. Quelque 20 % y ont recours de façon prescriptive (contre 13 % à l’échelle mondiale). Enfin, Ramy Sedra, dirigeant en conseils en analytique des données chez PwC Canada distingue quelque 28 % ayant adopté l’analyse prédictive.

Une réticence palpable

Le rapport Big Decisions 2016 publié par PricewaterhouseCoopers (PwC) a permis d’établir que 33 % des entreprises canadiennes sont axées sur les données. Pour autant, elles ne sont pas les plus dynamiques en termes d’analyse de données. Plus d’une cinquantaine de décideurs canadiens temporisent en parlant de contraintes budgétaires. La peur de recourir à cette nouvelle approche s’empare également des 22 % d’entre elles (contre 18 % à l’échelle mondiale). 16 % esquisse des soucis liés à la disponibilité des ressources et de la main d’œuvre requis. Enfin, 65 % des dirigeants s’en tiennent encore au jugement humain, en dépit des algorithmes des machines.

La maintenance informatique face aux enjeux de la cybersécurité

La maintenance va bien au-delà de l’entretien et la réparation des matériels

L’entretien et la réparation des outils de travail sont les missions traditionnelles du technicien de maintenance informatique. Mais il est également amené à concevoir ou mettre à jour des logiciels ou des applications dont l’entreprise a besoin. De ce fait, non seulement le chargé de maintenance doit être au fait de l’évolution de l’informatique et du web, mais il doit cultiver un bon relationnel. Ce dernier est important puisque c’est le technicien de maintenance qui va former les utilisateurs des logiciels ou applications nouvellement conçus ou mis à jour. Par ailleurs, il peut également être amené à participer au renforcement de la sécurité du système d’information (SSI) de l’entreprise. Après tout, les matériels qu’il répare et les logiciels ou applications qu’il installe, contiennent des données confidentielles.

Le technicien de maintenance face aux enjeux de la SSI

Comme on l’a souligné dans le paragraphe précédent, il est en charge de la formation des salariés pour l’utilisation de nouveaux matériels, logiciels ou applications. Par exemple, de nombreuses entreprises fournissent à leurs employés des PDA, des Smartphones ou des tablettes. Or, l’usage de ces périphériques mobiles, surtout en dehors des locaux de la société, est source de vulnérabilité selon les dires des spécialistes de la sécurité informatique. Le chargé de maintenance est donc censé adapter ces outils aux contraintes de la SSI. Cela revêt une importance cruciale d’autant que seuls 27 % des entreprises interdisent l’utilisation de ces matériels pour le travail. Il est en outre tout aussi important que les salariés se familiarisent avec les technologies de détection d’intrusion comme IPS ou IDS. Réalisée par le Club de la sécurité informatique (Clusif), l’étude MIPS 2016 (Menaces informatiques et pratiques de sécurité) révèle une nette démocratisation de ces outils dans les entreprises.

Quand maintenance informatique rime avec économie d’électricité

Des économies possibles

L’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), organisme rattaché au ministère de l’Environnement a conjointement mené une étude avec ADN-Ouest, club de managers IT de l’ouest de l’Hexagone. L’étude porte sur la consommation électrique du parc informatique d’une entreprise. Elle a permis d’établir que sur les 8 600 Gwh de consommation électrique annuelle des entreprises, environ 2 100 Gwh (25 %) pourraient effectivement être économisés, ce qui permettrait d’alléger la facture à hauteur de 40 %.

Un mode d’utilisation plus économique

Pour espérer économiser l’équivalent de la consommation annuelle de Marseille (2 100 Gwh), les responsables de la maintenance informatique sont entre autres appelés à automatiser les extinctions et mises en veille de matériels. On évite ainsi de laisser certains matériels informatiques, très énergivores, s’allument durant la nuit et le week-end. Une campagne de sensibilisation auprès des utilisateurs est également de mise. 20 % d’entre ceux-ci oublient d’éteindre leur matériel à la fin de la journée, 12 % se contentent d’une mise en veille avec verrouillage de session, 10 % minimisent le risque de voir la facture grimper en laissant leur matériel allumé.

Virtualisation de serveurs informatiques

L’ADEME attire davantage l’attention des responsables en maintenance informatique, en estimant qu’il est même possible de faire des économies à hauteur de 40 %. L’atteinte de ce nouveau cap passe indubitablement par la virtualisation des serveurs. L’organisme se base en premier lieu sur le fait qu’un serveur physique consomme environ 170 W, contre 8,5 W pour un serveur virtuel. Il recommande par la suite une meilleure gestion des serveurs virtuels qui sont une bonne vingtaine à être hébergée sur  les 40 % des serveurs physiques. En supprimant ou en éteignant ceux qui ne sont pas sollicités de manière continue, le taux d’économie d’électricité peut aller jusqu’à 90 %.

Maintenance informatique : métier, salaire, formation et évolution

Regard sur le métier de chargé de maintenance informatique

L’entretien et la réparation des équipements informatiques figurent parmi les tâches du chargé de maintenance. Le technicien est également responsable de l’installation ou de la mise à jour de nouveaux logiciels. En conséquence, le chargé de maintenance informatique doit être constamment au fait de l’évolution de l’informatique et d’Internet ; il peut d’ailleurs être amené à former les utilisateurs. Le technicien ne se cantonne donc pas à ses connaissances informatiques : le relationnel et la pédagogie entrent aussi en ligne de compte.

Salaire d’un chargé de maintenance informatique et perspective d’évolution

Le salaire varie parfois en fonction de la taille de l’entreprise. Un chargé de maintenance informatique débutant peut néanmoins toucher les 1 650 euros bruts par mois ; tandis que le salaire d’un technicien confirmé peut atteindre les 2 300 euros bruts mensuels.

Un certain nombre d’années d’expérience professionnelle est nécessaire pour que le technicien de maintenance soit en charge du parc informatique d’une PME ou du SAV d’une boutique de high-tech. Un chargé de maintenance peut aussi gravir les échelons et devenir ingénieur de maintenance ou technico-commercial des télécommunications et réseaux.

La formation pour devenir chargé de maintenance informatique

Un bac pro SEN représente déjà un bagage intellectuel crédible pour débuter dans la maintenance informatique, mais ce sont les diplômes de niveau bac + 2 qui sont les plus appropriés. Il s’agit du BTS (option SIO ou SN) et du DUT (option réseaux et télécommunications, génie électrique et informatique industrielle, ou bien informatique).

Maintenance informatique : focus sur son impact sur la procédure de sauvegarde

Maintenance informatique et formation des employés

Traditionnellement, le technicien de maintenance informatique est chargé de l’entretien et de la réparation des équipements de travail. Son rôle consiste en outre à concevoir ou mettre à jour des logiciels applicatifs dont l’entreprise a besoin. Puis, bien sûr, les salariés qui s’en servent doivent être formés : c’est là qu’intervient le chargé de maintenance informatique. Il doit être alors pédagogue et avoir un bon relationnel. Car il faut dire que l’enjeu est de taille : l’harmonisation de la manipulation des documents de travail par les salariés. Et quand cela concerne particulièrement la copie de ces données, les espaces de stockage et les supports ou encore la fréquence de la sauvegarde, on parle alors de procédure de sauvegarde. Quels sont les fichiers dont la sauvegarde est réservée aux n+1 ou la hiérarchie ? L’entreprise a-t-elle les moyens d’effectuer constamment des sauvegarde complètes, ou bien est-il préférable d’alterner sauvegarde incrémentielle et sauvegarde complète ? Etc. C’est par un protocole optimal que l’on répond à ces questions.

Une formation sur le protocole de sauvegarde pour minimiser les risques

Si le chargé de maintenance informatique met à jour ou modifie du tout au tout des applications couramment utilisées dans l’entreprise, la formation des utilisateurs s’impose pour éviter les fausses manipulationss, donc les pertes de données. D’un autre côté, la détermination des fichiers à copier ainsi que les responsables autorisés à y procéder, cela minimise les risques de cacophonie, ou pire, de vol de documents de travail.

Maintenance informatique industrielle : qu’est-ce que c’est ?

Maintenance informatique industrielle : optimiser le rendement par l’automatisation

L’informatique industrielle consiste principalement à dénicher les moyens d’automatiser davantage l’entreprise. Bien sûr, le technicien ou l’ingénieur est amené à intervenir pour des missions de maintenances traditionnelles, c’est-à-dire l’entretien et la réparation des outils de production, en plus de la prévention des bugs.

Pour optimiser le rendement des systèmes de production, la maintenance informatique industrielle peut aussi consister à concevoir ou mettre à jour de nouveaux programmes et logiciels applicatifs. Puis, trouver de nouveaux moyens d’automatisation, c’est avant tout assurer le fonctionnement et la communication d’un certain nombre de systèmes de production. Un ingénieur en informatique industrielle est d’ailleurs censé manager une ou plusieurs équipes pour donner forme aux projets d’automatisation.

Focus sur les ressources d’un ingénieur en informatique industrielle

La première ressource est managériale puisque l’ingénieur ne gère pas tout seul des systèmes de production à l’échelle industrielle. Que ce soit pour la mise à jour de logiciels applicatifs ou la conduite de projets d’automatisation, l’ingénieur coordonne les tâches de plusieurs équipes de techniciens.

La seconde ressource est évidemment intellectuelle. Déjà, un technicien comme un ingénieur en charge de la maintenance informatique industrielle doivent maîtriser du bout des doigts l’anglais technique, en plus des différents systèmes de production, logiciels et langages de programmation.

Enfin, plusieurs grandes écoles françaises proposent une spécialisation dans l’informatique industrielle. Entre autres, on peut citer Centrale Lille, les Mines de Nantes, Polytech Grenoble, Polytech Nantes, Polytech Nice… Sinon, un autre cursus est possible après l’obtention d’un bac+2 en prépa. Ce parcours permet de décrocher, entre autres un DUT, option Génie électrique et informatique industrielle.

« Older Entries