Archive for 7 juillet 2015

Infogérance : quelle solution choisir ?

Infogérance : des solutions adaptées aux besoins de l’entreprise

Qu’elle soit une PME/TPE ou une grande structure, l’entreprise dispose de deux options si elle envisage de recourir à l’infogérance. Il s’agit de confier la gestion de son système d’information à un prestataire externe spécialisé dans divers domaines de l’informatique. Sachant que les besoins et les moyens diffèrent d’une entreprise à une autre, elles ont le choix entre une infogérance globale ou partielle de leurs activités.

Externaliser la totalité des activités

L’infogérance globale consiste à confier l’intégralité de la gestion du système d’information à un prestataire externe. Cette solution est avantageuse dans la mesure où l’entreprise pourra s’occuper de son cœur de métier tout en bénéficiant d’un service de professionnels. Il importe alors de choisir un prestataire capable de répondre à toutes ses exigences en matière de service, de stratégie et de technicité. En effet, il aura pour mission de s’occuper des fonctions de traitement, du développement, de l’exploitation ainsi que de la gestion des applications et autres matériels informatiques.

La gestion partielle du système d’information

L’infogérance partielle consiste à confier uniquement une partie du système informatique de l’entreprise. Cette dernière aura alors le choix parmi diverses solutions en fonction de ses besoins. Il y a, par exemple, l’infogérance d’exploitation qui vise à gérer la fonction exploitation du parc informatique, notamment les applications, l’hébergement, etc., l’infogérance matérielle qui consiste à externaliser le réseau informatique, ou encore le télépilotage informatique qui travaille sur l’amélioration et la fiabilité de l’exploitation informatique. Mais il appartient à l’entreprise de déterminer les réels besoins de son système d’information grâce à un audit interne pour trouver la solution la plus adaptée à ses besoins.

Prestataire informatique : évaluer ses capacités

Prestataire informatique : se poser les bonnes questions

Opter pour un prestataire informatique externe pour gérer plus efficacement son système d’information est une solution de plus en plus recourue par les entreprises. En effet, en plus de bénéficier d’un service de professionnels, elles pourront également profiter des nombreux avantages en termes de coûts. Mais l’étape la plus cruciale consiste à trouver le bon prestataire capable de répondre à leurs exigences.

Les informations de base sont les plus importantes

Dans le choix de son prestataire informatique, les détails comptent largement, comme la taille de la structure qui prendra en main la gestion de la maintenance informatique. En effet, plus elle emploie un nombre important de salariés, plus les travaux de dépannage seront rapides. Puis, les moyens de contacts sont également déterminants afin de définir la qualité de la relation entretenue avec le prestataire. Autant d’informations nécessitent une étude approfondie pour éviter les mauvaises surprises.

Ensuite, il est essentiel de connaitre les solutions de prise en charge offertes par le prestataire informatique avant de signer le contrat et mesurer l’efficacité de la prestation. Ainsi, il faut déterminer les types de plateformes techniques utilisés, le logiciel de prise en main avec solution à distance ou non, le type de logiciel de supervision, etc.

Quid des services annexes ?

Mises à part les prestations techniques, le prestataire informatique peut également jouer le rôle de conseiller afin d’accompagner l’entreprise dans ses choix technologiques et logiciels. Certains d’entre eux peuvent par ailleurs prendre en charge sa relation avec les éditeurs de logiciels ou les fournisseurs d’accès à internet. Ceci permettra en effet de réduire les charges de l’entreprise dans la gestion de son parc informatique. Enfin, le dernier volet qui nécessite une attention particulière avant de conclure le contrat de maintenance est la facturation (le type d’intervention, les modalités, etc.).

Sauvegarde informatique : mener une approche globale

Sauvegarde informatique : bien plus qu’une procédure de routine

Beaucoup d’entreprises pensent que mettre en place un anti-virus ou un pare-feu suffit pour protéger son parc informatique. A l’heure où la cybercriminalité agit sur une très grande échelle, la sauvegarde informatique ne doit plus se limiter à une simple procédure de routine car les dégâts risquent d’être colossaux. A la place, l’entreprise devra procéder à une approche plus globale et prendre en compte tous les paramètres nécessaires pour une protection plus efficace.

Les paramètres de base

Le premier volet indispensable que beaucoup d’entreprises ont tendance à négliger est la mise à jour fréquente les logiciels installés sur leurs terminaux. En effet, la plupart des failles logicielles résultent de l’absence de mises à jour, constituant alors un grand portail d’accès aux actes de piratages informatiques. Bien que cela semble léger, c’est pourtant l’un des moyens les plus efficaces de protéger ses données informatiques. Ensuite, le BYOD ou le port de terminaux mobiles à usage personnel dans le réseau de l’entreprise constitue un des risques majeurs en matière de sauvegarde informatique. Or, cette pratique est utilisée par 40% des entreprises, d’où la prolifération des pertes ou vols de données, rendant le système informatique plus vulnérable aux attaques.

Miser sur des travaux de prévention

Afin de garantir l’efficacité de toutes ces stratégies de sauvegarde informatique et de protection des données, l’entreprise devra prendre certaines mesures de prévention instaurées dans l’organisation même de son entité. Pour ce faire, il est recommandé de sensibiliser et d’informer tous les utilisateurs du réseau en rédigeant une charte informatique comprenant tous les points essentiels dans la gestion des infrastructures. Il faut également limiter l’utilisation de terminaux mobiles et mettre en garde les utilisateurs sur les éventuels risques encourus dans cette pratique. Certaines entreprises proposent même des formations régulières sur les dangers informatiques. En un mot, la protection du réseau informatique est une affaire de tout le personnel de l’entreprise.

Maintenance informatique : quelle branche externaliser ?

Externalisation de la maintenance informatique : les domaines concernés

La gestion de la maintenance informatique est devenue une activité capitale pour une entreprise soucieuse de développer son parc informatique. Pour bénéficier d’un résultat optimal, nombre d’entre elles choisissent de l’externaliser partiellement ou intégralement en fonction de leurs besoins. Il faut ainsi comprendre les domaines d’intervention des prestataires pour choisir la solution la mieux adaptée au fonctionnement de l’entreprise.

Externaliser la maintenance matérielle

La maintenance matérielle peut également être catégorisée en deux autres parties : l’infogérance et la maintenance ponctuelle. Lorsqu’une entreprise souhaite confier la gestion de son système informatique à un prestataire spécialisé grâce à une maintenance préventive ou uniquement en cas de problème, elle fait appel à l’infogérance. Quant à la maintenance informatique ponctuelle, elle consiste à faire appel à un prestataire uniquement en cas de panne matérielle avérée à l’aide d’un dépanneur informatique. Le délai d’intervention souvent défini par les deux parties peut varier selon la situation.

La maintenance logicielle

Cette branche de l’externalisation de la maintenance informatique concerne généralement les grandes entreprises car les petites structures disposent d’un nombre réduit de logiciels ne nécessitant pas d’importants travaux de mise à jour. Dans cette optique, elles ont deux options possibles à savoir la Tierce Maintenance Applicative et la solution SaaS. La première solution consiste à confier la maintenance informatique de toutes les applications logicielles utilisées par l’entreprise au prestataire tandis que la solution SaaS vise à louer des applications auprès d’éditeurs de logiciels afin que le client puisse les utiliser en ligne.

Enfin, il est également possible d’externaliser le support aux utilisateurs, sachant que le principal facteur de risque dans le système informatique est le manque de connaissances des utilisateurs. Ainsi, le prestataire en maintenance informatique peut être contacté par tout le personnel de l’entreprise en cas de problème.

Sécurité informatique : la nécessité d’un spécialiste

Sécurité informatique : comment minimiser les risques ?

Le piratage informatique sévit actuellement dans les entreprises et les petites structures sont les plus touchées, principalement parce qu’elles confient la gestion de leur sécurité informatique à du personnel non spécialiste. En effet, ce choix exposerait davantage les PME et TPE à de plus grands risques.

Etude des cas des entreprises

Une récente étude effectuée par Kapersky vient de démontrer que 42% des entreprises de toutes tailles estiment que leurs personnels sont impliqués dans toutes les démarches en matière de sécurité informatique mais qu’elles n’exploitent pas entièrement tout le potentiel des solutions dont elles disposent. Et les priorités ne sont pas les mêmes pour chaque structure car si les grandes entreprises misent davantage sur la protection des systèmes critiques, les PME et TPE investissent beaucoup plus sur les solutions anti-malwares. Mais aucune d’entre elles ne s’est penchée sur la question du BYOD qui devrait pourtant être un sujet capital dans la sécurité informatique. Selon toujours les études de Kapersky, l’utilisation de terminaux mobiles au travail est devenue un fait banal que les entreprises y accordent peu d’attention. Or, c’est l’un des plus grands portails d’accès au piratage informatique.

Une ruée vers les solutions gratuites

Lorsqu’on parle de sécurité informatique, bon nombre d’entreprises pensent également à leurs données personnelles ainsi que celles de leurs clients. Seulement, au lieu de confier leur gestion à des prestataires expérimentés, elles les délèguent à leur personnel en interne. Et la principale raison de ce choix est d’ordre financier, sachant que les petites structures ont un budget restreint en ce qui concerne la gestion des données. Et au vu d’un tel contexte, la plupart d’entre elles ont recours aux solutions gratuites. Quant aux plus grandes entités, elles préfèrent utiliser les offres payantes car elles privilégient le côté professionnel. Le choix de l’infrastructure est cependant très divergeant car 68% d’entre elles préfèrent les serveurs physiques, 52% optent pour les serveurs virtuels et 26% choisissent les systèmes de bureaux individuels.